Comment affiner une lampe à économie d'énergie

Les lampes à économie d'énergie sont utilisées pour l'éclairage. Il consiste en une petite lampe fluorescente, un ballast électronique (ballast électronique, ballasts électroniques) intégré dans la base.

La taille de ces lampes est légèrement supérieure à celle des lampes à incandescence, elles souffrent moins de dommages mécaniques que leurs modèles habituels. Il n'y a pas de buzz en eux, l'inclusion se produit presque instantanément.

Malgré une amélioration continue, les lampes à économie d'énergie n'appartiennent pas à des sources d'éclairage très fiables. Le plus souvent, le filament se casse, le ballast électronique cesse de fonctionner en raison d'une panne de transistors ou d'un condensateur à résonance.

Les causes des pannes sont des composants de mauvaise qualité utilisés dans la lampe, une incohérence dans son travail, parfois le manque de circuit. De plus, le mode de fonctionnement des appareils est rigide, ce qui entraîne souvent leur défaillance. La lampe ne peut être réparée que si le ballast est cassé. Il est remplacé par un nouveau ou par des pièces défectueuses.

Pour prolonger leur durée de vie, les lampes à économie d'énergie sont mises à niveau immédiatement après leur achat. Par exemple, une thermistance NTC est installée en l'ajoutant au circuit de condensateur résonant (connexion série). Ceci limite la quantité de courant d'appel circulant dans les filaments, les protège de la rupture. L'installation d'une thermistance de ce type n'entraîne pas de retard notable dans l'allumage de la lampe, comme cela se produit lorsqu'une thermistance PTC est placée parallèlement au condensateur.

En plus d'installer une thermistance, lors de la mise à niveau de la lampe, faites des trous de ventilation dans sa base. Cela améliore le refroidissement du ballast, allonge la durée de son fonctionnement. Après modernisation, les lampes de ce type ont une durée de vie pouvant atteindre plusieurs années.

Le démontage de la lampe commence par la soudure du conducteur intérieur à partir du contact inférieur, qui est rempli de soudure. Le deuxième fil est libéré en pliant une partie du capuchon; sa position est déterminée par sa pièce, qui peut dépasser, ou par un petit renflement au-dessus. Après avoir ouvert la lampe, accès au ballast électronique de la carte de circuit électronique.

Toute thermistance NTC convient à l'insertion; limitation de la résistance, qui devrait être comprise entre 5 et 15 Ohms. Pendant que la pièce est froide, elle limite le courant qui la traverse; après chauffage, cela n’affecte pas le fonctionnement de l’appareil.

La thermistance est soudée à l’endroit où le filament se rompt, ce qui lui confère un agencement séquentiel par rapport au condensateur résonant. Pendant le travail, l’appareil chauffe, car il doit être placé loin des autres composants de la lampe.

Après, dans la base de la lampe, deux rangées de trous sont percées uniformément dans un cercle. Le plus bas permet d'améliorer l'évacuation de la chaleur du ballast; le haut est des tubes. Il ne convient pas de ménager des trous au centre du bouchon et ceux-ci sont d'un diamètre plus grand.

La lampe améliorée fonctionnera beaucoup plus longtemps que d'habitude. Mais son installation est soumise à des restrictions dans les pièces très humides. De plus, il est conseillé de laisser les lampes ouvertes lors de l'installation ou de les placer dans des teintes larges.

Laissez Vos Commentaires